Environnement

Parmi  les 37 communes de Toulouse Métropole, Pin-Balma (663 ha) offre une spécificité bien particulière :
  • Image rurale (480 ha de terre agricole dont  67 % de surface agricole utile et 16 % de surface boisée) et des zones d’habitat relativement concentrées (peu d’habitat diffus). A environ une dizaine de kilomètres du centre de Toulouse, Pin-Balma est située en deuxième couronne et fait partie des territoires à développement mesuré (SCOT).
  • La Seillonne, principal cours d’eau traverse la commune de Sud-Est en Nord-Ouest.Des travaux d’aménagement des berges, de remplacement d’ouvrages d’art routiers ont été réalisés ces dernières années. Il n’en demeure pas moins l’existence de zones inondables (voir par ailleurs). 
  • Une prédominance des milieux naturels et agricoles de la commune qui constitue un noyau de biodiversité ; une faune présente remarquable, protégée au niveau national et européen (26 espèces d’oiseaux, 3 espèces de reptiles). Une flore également originale avec des espèces rares identifiées.


Une importante activité économique équestre caractérise Pin-Balma, avec la présence de 3 Clubs hippiques. 


















Pin-Balma, un patrimoine naturel protégé :

La commune est reconnue pour la richesse de son patrimoine naturel lié à une agriculture préservée. Vous pouvez découvrir la flore de Pin-Balma (un peu plus bas dans cette page, des informations sur la Faune de Pin-Balma).

Deux plantes rares, à protéger, ont été répertoriées par le "Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées", sur notre territoire :

 La jacinthe de Rome

-  L'Orchis lactée

Attentifs à la qualité de notre environnement, une politique de gestion des déchets est en place. Se reporter également à cette section concernant le compostage domestique !



Pin Balma, un patrimoine naturel arboré :

La commune jouit d'un patrimoine arboré préservé malgré la proximité de l'agglomération toulousaine.

De nombreux petits boisements, privés ou communaux, sont soumis à un entretien minimum, ce qui permet une biodiversité végétale importante. Le relevé de la végétation ligneuse est représentatif du cortège de la région. La présence de lentilles de sols acides permet l'existence d’essences comme le châtaignier sur certains sites.

L'arbre est présent sous différentes formations paysagères sur Pin-Balma :



Les arbres en haie

La haie est un alignement d’arbres et d'arbustes serrés. Elle représente une frontière, une limite où l’œil va s'attarder. Elle créé de l'intimité : elle découpe le paysage en espaces multiples comme les différentes pièces d'une maison. Elle met en valeur les caractéristiques du paysage. Alors qu'une haie monospécifique et rectiligne va fermer l'espace : effet de mur, une haie champêtre, libre et variée va au contraire agrandir l'espace en laissant deviner qu'il y a autre chose derrière : effet de lisière. Les vallons agricoles constituent le paysage rural de Pin-Balma. Comme généralement dans la campagne de l'Est Toulousain, les parcelles agricoles sont vouées à la céréaliculture : blé, tournesol, orge, sorgho...

La commune n'ayant pas subi de remembrement, les parcelles sont de taille moyenne et un effort de maintien de haies, en bordure de parcelles agricoles et de chemins, est sensible sur la commune, notamment dans la partie nord est et le long de la Mouyssagèse.

Les petits bosquets et les boisements

Ils créent un rythme. Ils gardent du mystère : ils ménagent des endroits fermés et protégés, sauvages, plus proches du milieu originel. Ils donnent envie d'aller voir ce qu'il y a dedans. Ils sont généralement situés au sommet des coteaux sur versant nord et en fonds de vallées, ces terres étant moins appropriées aux grandes cultures. Disséminés sur la commune, des propriétés privées ont permis de préserver des parcelles boisées de superficies importantes à des endroits qui auraient pu avoir une vocation agricole : Bois rond, Les Barthes, La Ginestière...

La ripisylve

C'est la forêt de bord de cours d'eau. Le « lit » permet à la rivière de s'étaler en cas d'inondation et de « calmer » la crue. La ripisylve habille la rivière, donne du mouvement au paysage en dessinant son parcours. Lorsque tous les arbres sont coupés, la rivière disparait du paysage. Composée d'essences caractéristiques des milieux humides qui lui sont inféodées : aulne glutineux, saules divers..., elle est une source de biodiversité écologique et paysagère. La Seillonne est bordée d’une ripisylve continue pouvant être dense par endroit. Des formations boisées lui sont associées, ce qui renforce son effet paysager.

Les alignements

Ils se trouvent souvent au bord des routes. Ces arbres soulignent les axes de circulation humaine, annoncent un évènement paysager, dessinent les cheminements; ils créent un rythme.

De grandes propriétés et des maisons de maitre sont associées à des parcs et à des boisements : domaine de Lagane, Château du Pin, château d'Aufrery. Ces parcs ont un rôle important dans le paysage : les silhouettes d'arbres d'ornement : cèdres, pins, tilleuls... sont des repères et des marqueurs majestueux. Ces sites sont aussi repérables par la présence d'alignements de hauts jets, souvent situés sur un point haut, et souligne les formes du relief.

Hors du centre urbain, on devine les reliquats d'anciens alignements en bord de route.

Les arbres isolés

Ils sont majestueux, souvent très étalés puisqu'ils ne sont pas soumis à la concurrence d'autres arbres. Ces arbres ont souvent une histoire, ils sont liés à l'homme. Ils sont des repères, tant dans le paysage que dans l'histoire du territoire.

 

 Pin-Balma, une faune développée :

L’avifaune est constituée de nombreux oiseaux, migrateurs et nicheursdont le Milan noir, le Martin pêcheur et le Milan royal inscrits dans l’annexe I de la Directive « Oiseaux ».

La faune, bien que développée reste ordinaire pour la région toulousaine :

Amphibiens au niveau des zones humides, nombreux insectes dans les boisements (libellules, papillons, coléoptères forestiers…), mammifères (chevreuils, sangliers, chauves-souris…).

Des nichoirs ont été installés sur différents arbres de la commune.






Réseau hydrographique de Pin-Balma :

La commune est traversée par quatre cours d’eau :

  • la Seillonne, ruisseau permanent, partageant la commune en deux parties de superficie quasiment égales,
  • le Gazel, permanent, constituant la limite Nord de la commune. Il se jette dans la Seillonne,
  • le ruisseau d'Aufrery (temporaire)
  • le ruisseau de Fontvalette (temporaire) constitue en partie la limite Est de la commune et se jetant dans la Seillonne.


Climatologie

Le climat va, lui aussi, directement influencer la répartition des végétaux. Le climat, qualifié «d’océanique dégradé», est caractérisé par des hivers frais à très frais et par des étés chauds.

Les influences climatiques sont nombreuses :

  • océanique provenant de l’océan Atlantique : climat tempéré et humide. Le vent Cers, de secteur ouest apporte parfois la pluie,
  • continentale du Nord-Est qui peut amener de basses températures (-15°C),
  • sub-méditerranéenne qui rend l’air sec, provoque des sécheresses régulières en été et donne des automnes ensoleillés avec un vent d’Autan de secteur Sud Est.


 dologie et relief

La nature du sol est l’un des caractères déterminants dans la répartition des végétaux au niveau d’un territoire. Elle a donc d’importantes répercussions sur le paysage.

La commune présente des sols argilo-calcaires, terreforts, caractéristiques des coteaux de l'est toulousain. Ces sols, assez superficiels, offre une aptitude agronomique variable, bonne dans l’ensemble, mais limitée par la profondeur. Les sols présentent un pH neutre dans l'ensemble, mais il existe quelques lentilles de sols acides, notamment dans les bas fonds.

L’altitude du territoire varie entre 150 m, point le plus bas au bord de la Seillonne et 235 m, point culminant où se situe un réservoir d'eau.